Page précédente…

 À la sortie de l'école du Teil, mon certificat d'études et mon CAP de couture en poche, avec mon ami Louise nous avons trouvé un travail dans un atelier de couture à Montélimar, rue Saint-Pierre. Ce fut mon premier travail du 1° septembre 1953 au 14 février 1954 avec une patronne qui n'aimait pas notre jeunesse et notre bonne humeur.

 

Une annonce parue dans le journal «christianisme au XXe siècle» et qui offrait une place de monitrice à la Maison d'Accueil pour enfants à Crest dans la Drôme m'a tentée. J'y suis entrée le 15 février 1954 jusqu'aux 30 mars 1958 et c'est là que j'ai passé mon diplôme de monitrice. Je me plaisais beaucoup dans cette fonction auprès des enfants, j’étais épanouie dans mon travail et j'ai pu faire encore beaucoup de relations, Nicole, Jeannine…

 

Un jour, une troupe de théâtre «les comédiens de l'Étoile» sont venus jouer à la maison d'enfants. J'ai remarqué Roger pour la première fois car tout simplement au cours du spectacle il avait trébuché puis repris la pièce comme si de rien n'était sans savoir qu'un jour il deviendrait mon mari.

 

Un événement grave est arrivé. J'avais fait la connaissance d’un jeune homme qui habitait Marseille. Je l’avais connu à Plan de Baix, village dans lequel la famille du jeune homme avait une maison et la maison d’accueil possédait un centre de vacances pour les enfants accueillis. Tout semblait me sourire, mais quelques jours avant le mariage, ce jeune homme m'a fait savoir qu’il renonçait au mariage. J'en ai été très affectée ainsi que toute la famille.
Pierrot ainsi qu’Alain se sont rendus à Marseille pour en savoir un peu plus. Aucune explication ni information n’a été donnée. Je me renfermai dans la chambre toute la journée, soutenue par ma mère. J'ai repris le dessus et j'ai retrouvé mon travail à la Maison d’Accueil. J'aimais beaucoup mon travail.

 

En 1958, je me suis éloignée de la Drôme. Durant les vacances d'été mon grand frère nous a invité, mes deux sœurs et moi, au centre de Villemétrie à Senlis dans l'Oise où il était membre de l'équipe d'accueil et de réflexion théologique avec entre autre Roger, j'ai retrouvé la joie de vivre . Je me suis rendue au foyer des jeunes travailleurs à Paris où j'ai eu un travail de serveuse au bar du 1er septembre 1958 au 31 août 1959. Le week-end je me rendais à Senlis voir mon frère Pierre et apercevais Roger qui timidement me souriait. Un samedi, ma sœur Nicole, Roger et moi sommes partis ensemble visiter le château de Versailles et ses grandes eaux. Tard le soir nous avons passé la nuit chez des amis de Villemétrie et le dimanche, Roger m'a demandé en mariage. Le soir même l'annonce a été faite à mon grand frère Pierre. croix protestant

 

Du 15 septembre 1959 au 18 décembre 1959 j'ai trouvé un travail de monitrice au centre de rééducation de l'ouïe et de la parole à Saint-Hippolyte du Fort dans le Gard avant de retourner jusqu'aux 30 mars 1960 à la Maison d'Accueil de Crest comme monitrice.

parents Nous échangions une correspondance car Roger a dû continuer son travail à Villemétrie. J'ai reçu de nombreux poèmes de sa part et en décembre 1959 il est descendu à Montélimar, où sa mère nous a rejoints, et nous nous sommes fiancés. Au printemps 1960 je suis montée avec toute ma famille en train à Vevey en Suisse pour célébrer notre union, un veritable périple ! Mais tout s’est bien déroulé, tout était bien organisé, jusqu’à la location d’un car pour transporter les invités afin de visiter les environs.. Mon mariage fut l'une des plus belles journées de ma vie.


haut
Roger jeunesse Annette, sa jeunesse Le Colombier Annette, la maladie d'Alzheimer
Roger comédien Annette, ma vie d'adulte La retraite La maladie d'annette l'hôpital
Roger à Paris Une vie à deux Le patchwork Contact
Les Comédiens de l'Étoile Maison d'accueil pour enfants